Le Port Nantes-Saint Nazaire veut bétonner 110ha de zone sauvage en bord de Loire dès fin 2020 ! Tract d’information et d’appel à y résister à diffuser !

Nous vous appelons à diffuser largement ce tract recto-verso autour de vous, merci d’avance de votre soutien ! Si vous le souhaitez en version imprimée pour diffusion, vous pouvez nous contactez à terrescommunesretz@gmail.com.

En version PDF :

Il précède un papier plus développé et plus textuel en noir et blanc que nous diffuserons d’ici Février concernant le projet, à visée de diffusion plus large en version imprimée. Nous publierons également un dossier d’analyse du projet, à ce propos les coups de main sont les bienvenu-e-s !

En attendant plus d’infos sur le projet ici ainsi que sur le grand port maritime Nantes Saint Nazaire portant le projet (GPM composé de l’Etat, de la région Pays de la Loire, du département, des collectivités locales et des multinationales TOTAL, YARA, ENGIE, CARGILL,…) ici :

Et cet article de la revue « La relève et la peste » :

Le projet du Carnet est le plus important en terme de bétonnisation du département 44, ainsi que des bords de la Loire* !

En Loire-Atlantique, quasiment personne n’était au courant de ce projet et encore moins de ses impacts attendus. Nous avons lancé une première mobilisation le 1er Décembre peu de temps après l’avoir découvert, mais les travaux étant prévus fin 2020, nous aurons besoin du plus de monde possible pour résister à ce projet et déjà tout du moins le ralentir !

La balade sur le site vaste, magnifique et ré ensauvagé du Carnet le 1er Décembre, a déjà convaincu nombre de personnes de ne pas laisser faire la destruction d’un des derniers espaces sauvages des bords de Loire sur l’Estuaire !

Et nous comptons bien renouveler ces balades au printemps, c’est pourquoi si vous connaissez des naturalistes qui voudraient nous soutenir en animant des balades naturalistes, l’occasion également d’inventaires floristique et faunistique, passez leur l’info !

Nous prévoyons également un temps fort sur le site du Carnet d’ici le printemps/été, et d’ici là grâce à votre soutien, on espère organiser plusieurs actions contre le projet. Mais les initiatives sont les bienvenu-e-s 😉

Suite à la soirée-discussion du 9 Janvier au Café de la Loire à Paimboeuf, un collectif va également se monter spécifiquement contre le projet du Carnet en lien avec notre collectif. N’hésitez pas à le rejoindre ! D’autres soirées-discussions au café de la loire sur ce projet et dans d’autres lieux suivront prochainement :

https://www.facebook.com/events/1394765304020816/permalink/1416900485140631/

Un soutien des associations environnementales à ce projet qui ne passe pas du tout !

Les associations environnementales qui ont choisi d’accompagner le projet (LPO44, Bretagne Vivante et FNE Pays de la Loire) depuis une dizaine d’années, au lieu de le freiner et de le faire connaitre au près de la population, reconnaissent pourtant elles-mêmes le caractère caduc de la séquence « Eviter, Réduire, Compenser » dans leur contribution à l’enquête d’utilité publique concernant le projet !

En effet, parmi les 12 sites retenus au préalable pour le projet, c’est celui du Carnet qui a été retenu alors qu’il présentait le plus d’impact pour la biodiversité (ainsi que le plus de risque au niveau de la submersion !).

Le site a de la place pour l’implantation de nombreuses entreprises, alors le critère environnemental vous savez…, surtout que les crises actuelles sur le front du climat, de la pollution industrielle, de la biodiversité, des zones humides, de l’artificialisation, des inondations c’est vraiment si peu de chose…

Nous ne comprenons ainsi pas du tout la position des associations environnementales, leur contribution à l’enquête d’utilité publique montre très bien les nombreuses aspects destructeurs du projet :

http://www.fne-pays-de-la-loire.fr/download/deposition_apne_ep_amenagement_ile_carnet_vf_2017-02-pdf/

Contactées au téléphone par ces associations, nous préparons une lettre ouverte décortiquant leurs arguments de soutien au projet (« projet économique participant à la transition énergétique », « site qui n’est pas si naturel que cela », « le projet est déjà bien avancé », etc…) et les enjoignant à abandonner au plus vite ce projet mortifère ! N’hésitez pas à les interpeller d’ici là pour qu’elles cessent d’accompagner le projet du Carnet.

Vous retrouverez également la position d’accompagnement au projet des assos environnementales sur l’article de la relève et la peste partagé plus haut et sur cet article de Ouest France :

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/frossay-44320/environnement-quand-le-carnet-revient-sous-les-feux-des-projecteurs-aec91c6c-11f2-11ea-a4e2-db4c3e150bfd

Extrait :

 » Bretagne vivante assure que l’aspect environnemental a bien été pris en compte pour bâtir ce projet, dixit Gwenola Kervingant, la présidente. Le Port nous a consultés très tôt, en amont. Le projet a été construit au fur et à mesure, en prenant en compte les inventaires qui ont été réalisés. L’association, qui a rejoint Terres communes pour lutter contre le projet de Surf Park, n’a pourtant pas toujours été en phase avec les agrandissements espérés par le Port. Elle a longtemps milité contre le projet d’extension du port vers Donges-Est. Le contexte était différent. Pour Donges-Est, nous n’étions pas convaincus de l’intérêt économique du projet. Au Carnet, le site doit être dédié aux énergies renouvelables. Ce qui ne veut pas dire que l’on va laisser carte blanche au Port. Nous serons vigilants. «  

Sans commentaire…

La lecture de l’étude d’impact du bureau d’études ARTELIA, plutôt en général favorable aux bétonneurs, montre bien également les impacts impossibles à compenser sur les nombreuses espèces protégées du site ! Si d’ailleurs certain-ne-s d’entre vous croient encore à la compensation écologique… :

https://reporterre.net/Grands-projets-destructeurs-l-esbroufe-de-la-compensation-ecologique

https://reporterre.net/Grands-projets-destructeurs-l-esbroufe-de-la-compensation-ecologique

Le résumé de l’étude d’impact d’ARTELIA :

http://www.filedropper.com/34rsumetudedimpactartelia

Nous contacter pour vous fournir les nombreux documents de l’étude d’impact du bureau d’études ARTELIA et autres fichiers administratifs liés au Carnet (fichiers trop lourds pour être mis en disponibilité sur le blog, si d’ailleurs vous connaissez une solution pour les partager en dossier sur le net dites-le nous). Nous avons également eu de la peine à trouver sur le net tous les documents administratifs liés au projet, il nous manque par exemple de nombreux chapitres de l’étude d’impact d’ARTELIA, si des personnes douées en informatique pouvaient donner un coup de main pour tous les trouver. Au passage, cela montre la transparence de ce projet !

Il y aurait encore beaucoup à dire sur le projet du Carnet comme nous avons pu le faire sur le premier article alertant sur le projet : transition énergétique pas si propre que cela, risque important de submersion, terrain d’implantation du projet instable (roche à 60m de profondeur),… mais ce sera justement l’occasion d’un dossier détaillé.

Nous sommes déterminé-e-s à ne pas laisser passer cet énième projet mortifère et nous comptons sur vous pour nous aider dans l’organisation de la lutte !

Notre avenir ainsi que celui d’une bonne partie du vivant est aujourd’hui en jeu, mobilisons-nous contre ces projets destructeurs tel que celui du Carnet !

*Le département 44 qui se glorifie de l’objectif « zéro artficialisation », ne manque pas à ce propos de projets destructeurs comme le montre le listing des projets que nous avons établi… :

Sur la lutte acharnée durant de nombreuses années contre le projet de Centrale nucléaire du Carnet :
http://plogoff-chronique-de-la-lutte.over-blog.com/2014/11/du-pellerin-au-carnet-vingt-ans-de-contestation-nucleaire-en-basse-loire.html

9 commentaires sur “Le Port Nantes-Saint Nazaire veut bétonner 110ha de zone sauvage en bord de Loire dès fin 2020 ! Tract d’information et d’appel à y résister à diffuser !

  1. Arrêter tout ça
    L’eau monte
    Les tempêtes sont terribles
    Inondations
    Nantes fait parti des zones recouvertes avec la mer qui monte
    Il y a une pétition?

  2. Bonjour,
    Sachez avant toute chose que je soutiens votre demarche de fond, que ce soit pour ce dossier, mais aussi tous ceux qui concernent la betonnisation d’espaces naturels, quels qu’ils soient.
    Sur la forme, mais j’avoue humblement ne pas avoir encore lu l’intégralité des liens que vous proposez, et sur le timing je suis plutôt inquiet par deux aspects.
    Celui de la tardiveté de votre positionnement par rapport à l’état d’avancement du dossier, sachant que les principaux donneurs d’ordre et intervenants ont bien pris soin de s’entourer d’associations environnementales dés le début (…).
    Et celui concernant la méthode de protestation (marches…), qui apparait dérisoire, voire candide par rapport aux enjeux et aux profils des « adversaires ».

    Commenter n’a de sens qu’à la condition d’être force de proposition(s). 2 imperatifs, à defaut de mener un combat perdu d’avance:
    * le soutient d’un mécéne, car je ne vois que le plan juridique pour creuser et attaquer le dossier sur des failles juridico-techniques.
    Il faut pour cela une equipe de juristes, donc de l’argent,
    * le soutien des medias: realiser un clip du site actuel en video naturelle, accompagné d’une partie en images de syntheses représentant le site futur.
    Le poids des mots (juridiques), et le choc des photos (videos); cette formulation a fait le succés d’un certain magazine.

    Il vous faut un specialiste en strategie marketing, et un responsable de projet, pour constituer une « task Force » (equipe de guerre).

    Bref, l’argent sera le nerf de la guerre: trouvez un millionnaire en retraite, qui a besoin de se refaire une virginité, apres avoir reussi dans les affaires.

    Vincent

    1. Bonsoir Vincent, entièrement d’accord avec vos commentaires, nous avons connu et continuons de nous battre contre le projet de Grand Contournement Ouest de Strasbourg (GCO ou COS) depuis plusieurs années mais quand les politiques et les tribunaux sont aux ordres des lobbys du transport et du bâtiment, il faut avoir les reins solides car ce ne sont pas des milliers ni des millions mais des milliards d’euros qui sont en jeu. Bon courage à Terres Communes et à ceux qui les soutiennent. Les Fédinois contre le Gco et le collectif GCO NON MERCI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *