Alerte ! Un projet de 110 hectares de zone industrielle en bord de la Loire sur une zone naturelle et inondable prévu en 2020 !

Un parc industriel de 110 hectares à Frossay (44)… en d’autres termes 110 hectares de zone bétonnée en bord de Loire sur une zone naturelle et remarquable dès 2020 pour des multinationales telle qu’Alstom (filiale de General Electric)! Appel urgent à résister à ce projet !

Mobilisation prévue dimanche 1er Décembre à partir de 14h30 près du site du projet, plus d’infos pratiques mis à jour régulièrement sur cette journée de mobilisation    ici :

Mises à jour d’informations liées au projet, suite à la rédaction de notre appel, tout en bas de l’article.

Info importante du 17/11/19 : Ils prévoient ainsi la destruction totale des 110ha de nature pour rehausser l’ensemble du site du Carnet de 50cm par l’utilisation d’environ 250 000 m3 de remblais ! Complètement aberrant !
Et nous ne comprenons ainsi pas la position des associations environnementales qui ont cautionné l’implantation de ce site industriel ! Cf le rapport des assos environnementales soumis au commissaire enquêteur en 2017 : http://www.fne-pays-de-la-loire.fr/download/cp_ep_carnet_2017-02-08_web-pdf/

Extraits ci-dessous d’un article présentant le projet avec décorticage point par point du projet de notre part.

 » On compense et on protège on vous dit, ce qui nous permet de mieux bétonner en toute conscience écologique, si, si… « 

 » Situé sur la communauté de communes Sud-estuaire, le site portuaire dispose de 395 hectares de réserves foncières. Le futur parc écotechnologique s’étendra sur 110 hectares. La surface restante, soit 285 hectares, sera préservée et restaurée. La requalification de ces espaces naturels fait l’objet d’une collaboration étroite avec les services de l’État et les associations environnementales. « 

Le reste des terres sera restaurée dites-vous ? Elle n’est pourtant ni bétonnée, ni dégradée par l’agriculture intensive, il s’agit d’une zone magnifique riche en espèces remarquables, alors ? Un simple langage de com’ pour mieux faire avaler la pilule de la destruction des 110 hectares de zones naturelles !

Quand à la préservation de la zone restante, la meilleure préservation est de ne rien bétonner du tout et de laisser évoluer la nature ! L’objectif zéro-artificialisation prônée par le département 44 (n’est-ce pas Mr Grosvalet ?) et le chef de l’Etat ne serait donc que de l’esbroufe et de la comm, tiens donc…  »
 »J’ai lancé cette idée, en France d’ailleurs, d’un objectif Zéro artificialisation, ça ne veut pas dire que nous n’allons plus rien faire » explique Philippe Grosvalet, le président du Conseil Départemental de Loire-Atlantique, « nous allons continuer de construire des routes, des logements, des zones d’activités mais nous devons le faire dans l’utilité publique et en connaissance de cet objectif Zéro artificialisation. (sic)

Du beau béton peint sur en vert sur 110 hectares de zones naturelles…
Source :
https://nantes.maville.com/actu/actudet_-l-amenagement-du-carnet-une-aubaine-pour-les-entreprises-locales_dep-2874111_actu.Htm

Mais continuons la lecture de l’article :

 » Ce site dispose de l’ensemble des autorisations d’aménagement, y compris sur le plan environnemental, à travers l’arrêté préfectoral du 5 juillet 2017. Le coup d’envoi des aménagements pourrait être lancé dès 2020 avec la création des premières mesures compensatoires puis la réalisation des infrastructures.

N.B: Ah oui, compensation environnementale vous dites ?… Lire les deux articles suivant à propos d’un rapport officiel montrant l’esbroufe de la soi-disant compensation écologique :

https://reporterre.net/Grands-projets-destructeurs-l-esbroufe-de-la-compensation-ecologique
https://reporterre.net/Grands-projets-destructeurs-l-esbroufe-de-la-compensation-ecologique

https://www.liberation.fr/planete/2019/09/26/artificialisation-et-biodiversite-l-echec-des-mesures-de-compensation_1752085

Un projet éco-technologique pour la transition énergétique, vraiment ?…

Et pour finir la lecture des extraits de l’article :  » Le développement du site présente un intérêt majeur en termes de transition énergétique, d’emplois et de compétitivité industrielle (sic, novlangue quand tu nous tiens…). Il offre de nouvelles capacités au territoire pour capter les filières émergentes, en complémentarité et en synergie des sites de Montoir de Bretagne et de Saint-Nazaire.  »

Ah oui, le nouveau langage pour nous faire avaler la pilule de la destruction de la nature : la fameuse transition énergétique ! « Et que diable un site participant entre autre à la construction de méga-éoliennes offshore, de quoi se mettre dans la poche les écolos… »

Mais si on fait le bilan de la transition énergétique et du bilan écologique des grosses éoliennes industrielles, quand on gratte la surface de greenwashing, on tombe sur des choses bien peu reluisantes et qui montre qu’en réalité il n’y a rien d’écologique dans la soi-disant transition énergétique promue par le capitalisme vert ! :

Le site ne comprendra d’ailleurs pas que des entreprises participant à la construction d’éoliennes offshore, tel qu’Alstom (filiale du géant General Electric), déjà positionnée sur le projet. Un appel d’offres pour le site du Carnet est en cours pour des entreprises situé dans les éco-technologies (la novlangue est à la mode en ce moment…). Mais au fait c’est quoi les éco-technologies ? Extrait :

(1) Selon la définition donnée par le « Plan d’action de l’Union européenne en faveur des écotechnologies », les écotechnologies incluent l’ensemble des technologies dont l’emploi est moins néfaste pour l’environnement que le recours aux technologies habituelles répondant aux mêmes besoins. Au service du développement durable, les écotechnologies participent activement à la croissance d’une nouvelle économie visant à réduire les impacts écologiques.

En clair si on a bien compris il s’agira d’industries polluantes…

Mais pas trop !

Ah bah nous voilà rassuré-e-s…

Une zone humide remarquable et inondable mais pas quand il s’agit d’un projet industriel voyons…

Le sud de la Loire était jusqu’ici préservé de la bétonnisation et l’industrialisation contrairement au nord de la Loire, mais l’UE, l’état français, la région, le département et les communes portant ce projet considèrent que l’écologie et notre avenir commun c’est bien sympa, mais que le profit à court terme et la gloire de l’économie française c’est quand même bien plus prioritaire… Quitte ainsi à déclarer toute la zone sud de la Loire en zone ZNIEFF type 2 (zones humides importantes en terme floristique et faunistique), sauf étrangement et seulement une petite zone exclue au niveau du site du Carnet… c’est bien connu les zones humides à industrialiser n’ont rien de remarquable…)

Nous avons au passage plus que du mal à comprendre le positionnement des associations environnementales sur ce dossier cautionnant la bétonnisation d’une zone jusqu’ici préservée et riche en biodiversité et soumise dans les années à venir à la montée du niveau des océans … :

« Ce projet de zone industrielle sur 110 hectares prend place sur une ancienne île de Loire et le bras du Migron remblayés entre 1970 et 1993 mais où une riche biodiversité s’est depuis développée avec 82 espèces protégées » comme le souligne Jean-Christophe Gavallet, président de FNE Pays de la Loire.

« Alors pourquoi accompagner ce dossier avec seulement des réserves, tandis que l’objectif zéro artificialisation est vital pour notre avenir, que les zones humides et naturelles sont en danger, que la biodiversité de ces zones est une des plus riches et fragiles, que la Loire sortira de plus en plus souvent de son lit avec la montée du niveau des océans menaçant ainsi de pollution industrielle la Loire si le site industriel est submergé ?!

En France on aime créer des accidents industriels en connaissant les risques : Xynthia avait entraîné la submersion d’une partie du site du Carnet !

A propos d’ailleurs de la montée du niveau des océans, les projections ne cessent d’être relevées d’année en année vers une montée importante de leur niveau d’ici les décennies à venir, or le site du Carnet est situé à a peine 3 mètres en moyenne au dessus du niveau de la mer ! Et cela sans compter sur les impacts d’une crue importante de la Loire combiné à une tempête type Xynthia qui avait déjà participé à une inondation importante des bords de Loire, dont le site du Carnet ! Allons-y, créons de nouvelles pollutions industrielles, ce n’est pas comme si nous en manquions…


http://sboisse.free.fr/planete/simulateur-de-montee-des-oceans.php


https://geo.data.gouv.fr/fr/datasets/554d3d2ec63884570eec37625132ba28429e8b14 (on peut y voir que le site du Carnet a été une des zones submergées durant la tempête Xynthia ! Que se passera-t-il avec une nouvelle tempête de ce type combiné à la hausse du niveau de la mer?…)

Et ce n’est pas comme si les hydrologues alertaient sur la bétonnisation des abords des fleuves et rivières par rapport aux évolutions du réchauffement climatique… :
https://reporterre.net/Crues-au-nord-assechement-au-sud-la-crise-climatique-deregle-deja-nos-rivieres

https://www.notre-planete.info/actualites/443-acceleration-augmentation-niveau-mer

Une date de mobilisation contre le projet Dimanche 1er Décembre !

Si vous êtes un collectif ou une association souhaitant également lutter contre ce projet, contactez-nous pour que nous puissions nous organiser collectivement contre l’avancée imminente de ce projet industriel destructeur !

Contact : terrescommunesretz@gmail.com

Jamais ils ne s’arrêteront pour préserver leur croissance économique, qui nécessitent de toujours créer de nouveaux projets industriels au détriment de notre avenir commun et du vivant ! Le capitalisme se drape même maintenant d’oripeaux faussement écologiques pour continuer son oeuvre destructrice, allons-nous les laisser faire ?!

Comme l’a montré l’accident industriel de Rouen et tant d’autres accidents industriels (mais également le réchauffement climatique, le manque de ressource en eau, la disparition de la biodiversité,…), nous sommes toutes et tous concernés par ce qui se passe dans notre territoire, nous ne pouvons rester impassibles et simplement continuer notre petite vie ou cultiver nos alternatives, la résistance collective contre l’avancée de ce monde mortifère est nécessaire et vitale !

Contre le projet d’éco-parc industriel du Carnet, préparons la résistance !

Le collectif Terres Communes et ZAP la vague

Voir aussi sur ce dossier :

http://www.nantes.port.fr/decouvrir-lactivite-portuaire/decouvrir-les-sites/le-carnet/

http://www.nantes.port.fr/fileadmin/Images/3.L_autorite_portuaire/3.4.Strategie/Enqu%C3%AAte_publique_Le_Carnet/Etude_d_Impact__CHAP_2_Etat_initial-partie_3_page_174_%C3%A0_273.pdf

A l’origine le Carnet était le projet d’une centrale nucléaire à quelques kms de Nantes abandonné suite à de nombreuses années de lutte !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_de_centrale_nucl%C3%A9aire_du_Carnet

http://plogoff-chronique-de-la-lutte.over-blog.com/2014/11/du-pellerin-au-carnet-vingt-ans-de-contestation-nucleaire-en-basse-loire.html

https://www.liberation.fr/france-archive/1997/05/31/les-antinucleaires-jettent-l-ancre-dans-la-loire-contre-la-centrale-du-carnet-un-week-end-de-fete-et_204012

Une lutte acharnée de plusieurs années avec souvent des militant-e-s venu-e-s de loin a permis que le projet soit abandonné en 1997, mais au lieu d’en faire une zone sanctuarisée pour la nature, les élu-e-s bétonneurs frustrés se sont dits qu’on pouvait pas laisser le bord de la Loire préservé, il faut faire tourner la machine à fric que diable !
Mais comment justifier cela aux yeux du grand public, et ben tiens ni une deux on leur vend cela emballé dans un beau paquet de greenwashing…

MAJ du 02/11/19 :

MAJ du 06/11/19 :

MAJ du 15/11/19 :

Le tract pour la première mobilisation contre le projet, le 1er Décembre, à partager autour de vous et à retrouver également ICI :

4 commentaires sur “Alerte ! Un projet de 110 hectares de zone industrielle en bord de la Loire sur une zone naturelle et inondable prévu en 2020 !

  1. Quand les intérêts particuliers sont choyés aux dépens de l’intérêt général, ça n’est plus démocratique, industrialiser des terres inondables c’est débile ! Et détruire en plus des zones sensibles riches en biodiversite, c’est criminel !
    Il y a un peu partout des friches industrielles à dépolluer pour les réhabiliter mais évidemment ça coûte plus cher que de pourrir un nouveau terrain.

  2. De toutes façons, la grande industrie, la finance et l’agrochimie ont décidé, avec la complicité des gouvernements, de massacrer la planète, les écosystèmes, et de nous empoisonner pour le plus grand plaisir de leurs portefeuilles ! Ils nous ont déclaré la guerre (pesticides, sdhi, nucléaire, bétonnage intensif, malbouffe, …), ne nous laissons pas faire ! En 1940, des résistants au nazisme ont lutté de toutes les façons possibles contre des actes criminels contre l’humanité. A nous de suivre leur exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *